Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Kinésiologie - Où est mon papa... Merci à Stromae!!!

Vous souvenez-vous d’avoir été obsédé par une chanson à un point tel qu’elle vous réveillait la nuit ?

C'est ce qui m’est arrivé il y a quelques années, plus précisément en 2013.
Cette année-là, les radios passaient en boucle la chanson : « PAPAOUTAI » de Stromae. Dès la première fois que je l’ai entendue, cette chanson m'a donné des frissons... Ce n'était pas étonnant puisque lorsque mon père est décédé, je ne l'avais pas vu depuis 5 ans.
Les jours passaient et Stromae faisait le buzz avec cette musique ; on l'entendait sur toutes les radios, à la télévision...

En ce qui me concerne, j'étais de plus en plus sensible à cette chanson et plus les jours passaient, plus je l'écoutais, et plus je pensais à mon père ! J'avais un sentiment de tristesse si grand qu'il m'arrivait de pleurer en l'écoutant. A la longue, j'étais devenu tellement triste qu'il m’était devenu insupportable de l'entendre. Une fois, en pleine nuit, je me suis réveillé pour je ne sais quelle raison et presque malgré moi, je me suis mis à chanter intérieurement le refrain : « où t'es papa, où t'es, où t'es PAPA, OU T'ES ? ». Il me fallut deux bonnes heures pour me rendormir.


Les jours suivants furent pires. Cette chanson me hantait jour et nuit, de mon réveil à mon coucher et je priais pour ne pas me réveiller la nuit, car je savais que je ne pourrais pas me rendormir, avec cette chanson en tête!

De désespoir, j'en ai parlé à une amie psychologue qui m'a alors conseillé d'aller voir une kinésiologue. À l'époque, je ne savais pas ce qu'était la kinésiologie et je dois dire que j'ignorais même qu'il existait des thérapies alternatives à la médecine moderne. Mon premier réflexe fut de lui dire : « Ben voyons, et pourquoi pas un gourou ! ». Mais il fallait vraiment résoudre mon problème et comme j’ai confiance en mon amie, je décidai de suivre son conseil.


Quelques jours plus tard, je me rendis donc chez une kinésiologue réputée de la région de Charleroi. Lors de mon arrivée, j'étais assez stressé car je ne savais pas du tout ce qui m’attendait. Je ne m'étais pas du tout renseigné au préalable. Me voilà donc dans le bureau de cette kinésiologue - bureau assez simple, trois chaises, une table de massage, des images étranges un peu partout aux murs... La kinésiologue que j'ai en face de moi est rassurante.


Nous faisons connaissance, puis elle me demande : « Qu'est-ce que je peux faire pour vous ? ». Je lui explique ma profonde tristesse, mais sans lui parler de mon père, ni de cette musique qui me hante alors. J'étais réservé et ne voulais pas me dévoiler face à cette personne que je ne connaissais pas.

La séance commença et quelques minutes plus tard, en interrogeant mon corps par le biais d’un test musculaire, la kinésiologue me dit que quelque chose m'avait traumatisé lorsque j'avais 6 ans... Impossible pour moi de savoir à quoi cela se rapportait, c'était tellement loin ! Elle me dit alors : « nous allons essayer de voir si quelque chose dans le présent peut nous mettre sur la voie ». Elle continua de la même façon, posant des questions et cherchant les réponses dans la mémoire de mon corps avec le test musculaire. A un moment donné, le test musculaire la renvoya vers un livre de sa bibliothèque, dans lequel elle trouva le mot « musique » ! Je lui ai donc parlé de la chanson qui m’obsédait et me rendait tellement malheureux.

Finalement, elle posa une main sur mon front et l’autre à l’arrière de ma tête, et elle me demanda de fermer les yeux, puis de m'imaginer à 6 ans et de parler avec le petit garçon que j'étais, de le prendre dans mes bras et de lui dire que ce n'était pas de sa faute, qu'il n'était pas responsable des problèmes que ses parents avaient rencontrés à l'époque, que ce n'était pas son rôle de jouer les réconciliateurs... Je me pris au jeu et, étonnamment, me sentis beaucoup mieux lorsque je rouvris les yeux.


La séance se termina, la kinésiologue ne me donna pas d'autre rendez-vous, mais elle me dit que si j'en ressentais le besoin, je serais le bienvenu.

Je revins chez moi, me sentant très fatigué et la tête lourde et pris le temps de me reposer.


En soirée, je téléphonai à ma mère et lui demandai quel âge j'avais lorsque mon père et elle s'étaient séparés. Elle réfléchit et me dit que je devais avoir entre 5 et 6 ans.


La nuit qui suivit cette séance et toutes les autres ensuite, bien étonnamment, je ne pensai plus à cette chanson et la grande tristesse que j'éprouvais avait disparu, au profit d’un sentiment plus doux et plus acceptable, me permettant de poursuivre ma vie de manière plus sereine.

J’étais plutôt réticent au départ, mais finalement, j’ai été convaincu et enthousiasmé par l’efficacité de la kinésio. Ca m’a vraiment bien aidé.


Like it on Facebook, +1 on Google, Tweet it or share this article on other bookmarking websites.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

© 2017 Solution bien-être - Solution contre le stress