Couple

Comment prendre soin de son couple, nos chroniqueurs se penchent régulièrement sur la question et vous proposent des articles

Découvrez des articles qui vous expliquent comment prendre soin de son couple et de son fonctionnement.

La vie en couple, pas toujours évident, comment gérer cela ?

Savoir combiner le boulot et la vie de couple, pas si facile...

Parent sous pression: risque d'explosion

Parent sous pression: risque d'explosion

 

La sonnerie de votre réveil retentit et annonce le top départ d'une journée marathon. Les activités de la vie quotidienne s'enchaînent à un rythme effréné. Une activité professionnelle est une source d'épuisement potentielle. Etre parent à temps plein ou même partiel peut également vous amener à épuiser vos ressources.

"Hop, hop, hop! Les enfants, debout et habillez-vous! Pour la troisième fois, vous éteignez la télé et vous mettez vos manteaux. Tout le monde en voiture! Un dernier bisou parce que maman doit aller travailler. Les chéris, vous mangez votre goûter dans la voiture pendant que maman va faire des courses. On se dépêche, l'entraîneur vous attend sur le terrain. Vous avez fini les devoirs? A table, au bain, au lit, … Une histoire puis maman va pouvoir souffler et faire la vaisselle, la lessive et le repassage."

Mener de front vie privée et vie professionnelle est un défi que vous relevez courageusement, jusqu'au jour où une goutte d'eau fait déborder le vase. L'épuisement peut se manifester de plusieurs façons: vous n'arrivez plus à sortir de votre lit, vous avez envie de tout laisser tomber et vous enfuir loin de votre famille, vous êtes irritable en permanence, vous hurlez sur les enfants voire vous en avez secoué ou giflé un.

Quand nous devenons parent, nous avons une vision idéalisée de cette parentalité, du modèle que nous voulons être, des valeurs que nous souhaitons transmettre, des erreurs de nos propres parents que nous refusons de reproduire. Les contraintes matérielles nous imposent rapidement des sacrifices sur nos idéaux. Lorsque la réalité s'éloigne trop de cet idéal, les émotions ou états émotionnels se manifestent. Nous avons vite fait de les ignorer: pas le temps pour ça! Vous vivez peut-être depuis des années en mode cocotte-minute avec le sentiment que cette tension permanente est normale. Toutefois, si vous ignorez les signaux trop longtemps, le corps prend le relais et s'exprime. Pourtant, ceux d'entre-nous qui font la démarche de se tourner vers l'intérieur, vers les émotions pour chercher la source des maux sont rares. La plupart vont chercher des réponses chez le médecin.

Et si, maintenant que vous avez quelques minutes devant vous, vous preniez le temps de vous écouter?

Vous êtes fatigué et pourtant vous traînez pour aller vous coucher, vous n'arrivez pas à dormir. Même quand vous dormez, la fatigue persiste. Olive vous accompagnera vers un sommeil réparateur et une meilleure gestion de vos temps de repos.

Les enfants sont turbulents ou désobéissants et vous avez tendance à sortir de vos gonds. La fumée vous sort par les oreilles. Vous craignez de perdre le contrôle et de céder à une pulsion violente. Cherry Plum fera baisser la pression. Vous pourrez aborder les situations conflictuelles avec davantage de calme.

Vous culpabilisez car vous avez le sentiment de passer plus de temps au travail qu'avec votre famille, de passer à côté de l'essentiel. Vous vous en voulez d'avoir eu un geste ou une parole malheureuse envers vos enfants ou votre conjoint. Vous vous sentez coupable de ne pas pouvoir tout gérer. Même les rares moments de repos que vous vous accordez sont source de culpabilité. Pine remettra l'église au milieu du village. Vous n'avez pas de super pouvoirs! Vous serez plus indulgent face à un moment de faiblesse. Pine permet d'assumer pleinement vos responsabilités tout en reconnaissant celles qui ne vous incombent pas et d'être fier de ce que vous accomplissez.

Devant la multitude de tâches qui vous attend, vous vous sentez dépassé. Vous ignorez par quel bout commencer et restez figé. Elm vous amènera à établir des priorités et reprogrammer ce qui peut l'être à plus tard. Et éventuellement, déléguer certaines tâches. Vous ne devez pas tout assumer!

Le train-train quotidien vous ennuie, vous avez des difficultés à vous mettre à l'ouvrage, à démarrer votre journée. Penser à ce que vous avez à faire est plus pénible que réaliser la tâche elle-même, somme tout, rapidement accomplie. Hornbeam est la petite étincelle qui permet de démarrer dans la légèreté.

Vous pensez que vous n'avez pas le choix. Vous devez avancer coûte que coûte, quitte à tomber d'épuisement. Oak vous aidera à prendre conscience de vos limites. Pouvoir dire stop et se reposer est parfois plus productif par la suite que puiser en permanence dans ses réserves, au risque de les épuiser.

 

Johanne POTUMS
Conseillère en fleurs de Bach à Huy 
www.aimotions.be 
0476/86 68 28

 

Parent et fatigue, stress,...

Pour la Saint-Valentin, offrez-lui des fleurs

Pour la Saint-Valentin, offrez-lui des fleurs

 

La Saint-Valentin est un jour spécial où le célibat peut être plus lourd à porter qu'un autre jour. En désespoir de cause, vous acceptez un rendez-vous en dernière minute avec un de vos interlocuteurs du site de rencontre ou avec le frère d'une collègue. Ces rendez-vous improvisés réservent parfois d'agréables surprises et parfois de moins bonnes.

Malheureusement, une fois installée à la table du restaurant, vous n'avez aucun moyen de vous échapper! Vous avez oublié de demander à votre meilleure amie de vous téléphoner en début de soirée afin que vous puissiez prétexter une urgence et filer comme une voleuse. A défaut de passer une soirée agréable, voici quelques fleurs de Bach que vous pourriez, mesdames, lui proposer pour que les futurs rendez-vous de votre chevalier servant se passent mieux.

 

 

Un vrai moulin à paroles

Voilà une heure que vous êtes installés à table et vous n'avez pas encore pu en placer une. On dirait que ce gars n'a plus parlé à personne depuis des semaines. Vous savez maintenant tout de ses aventures à la maternelle et craignez de voir arriver les six années d'école primaire. Cette logorrhée verbale vous saoule au plus haut point!

Pour vous-même, pensez au remède d’urgence (mélange de 5 fleurs de Bach). Vous trouverez la patience de l'écouter jusqu'au bout grâce à l'Impatiens et vous aurez moins peur de perdre le contrôle de vous-même grâce à Cherry Plum. La Clematis peut vous aider à rester ancrée dans le présent plutôt que rêver à un ailleurs meilleur et surtout plus silencieux. Pour lui, glissez-lui qu'Heather pourrait apaiser son sentiment de solitude et son besoin de remplir le vide par des paroles., laisser un peu de place à l'autre et lui donner l'opportunité de nouer des amitiés sincères et nourrissantes.

 

 

Tanguy or not Tanguy

Il vit toujours chez ses parents – à 35 ans, c'est un peu exagéré – et vous fait la liste interminable des activités qu'il aime faire avec sa petite maman. Ils s'appellent dix fois par jour. - Ha, d'ailleurs, la voilà qui sonne! - Vous ne pouvez vous empêcher de vous imaginer dans le lit conjugal avec belle-maman entre vous deux. Un ménage à trois, c'est hors de question!

Pour qu'il puisse prendre son indépendance et couper le cordon avec maman, proposez-lui Chicory.

 

Pauvre Calimero!

Vous hésitez entre le plaindre et le secouer un bon coup. Votre rencard s'épand en long et en large sur sa dernière rupture. Pauvre de lui, il ne s'y attendait pas. Il a tout fait pour que ça marche mais son ex n'a pas su apprécier toutes ses qualités. En plus, il vient d'être viré. Il ne comprend pas pourquoi parmi tous ses collègues, il a fallu que ça tombe sur lui. Il ne lui manque que la coquille de Calimero. Son penchant à se comporter en victime ne vous a pas échappé.

Proposez-lui Willow pour qu'il réalise qu'il peut reprendre son destin en main au lieu de le subir, voir les opportunités qui se présentent à lui au lieu des galères.

 

Il ne sait pas choisir

Vous mourez de faim. Vous avez renvoyé quatre fois le serveur parce que le gaillard a du mal à décider sur quel plat il va jeter son dévolu: "Tu prends une entrée? Je préfère une entrée qu'un dessert mais j'ai peur de me couper l'appétit. J'ai envie de viande mais le cabillaud me fait très envie. La lasagne de la table à côté a l'air délicieux aussi. Je prendrais bien du vin mais il y a beaucoup de contrôles pour l'instant, c'est risqué. Ou alors, peut-être juste un verre." Vous suez déjà des gouttes à l'idée de devoir choisir un dessert! Le jeune homme a clairement du mal à faire des choix.

Vous l'aiderez en lui proposant Scleranthus, il aura une vision plus claire de ce qu'il veut et prendra une décision en accord avec ses convictions.

 

Muet comme une carpe

L'horreur! Vous acceptez un rendez-vous pour ne pas traîner en pyjama devant la télé et le mec en face de vous est muet comme une carpe. S'il a le malheur d'oser une phrase, il bafouille. Il est cramoisi et semble au bord de l'évanouissement. Surtout, ne tentez aucun contact physique, vous risqueriez de l'achever. Ce jeune homme souffre sûrement de timidité excessive.

Afin de lui éviter un tel fiasco à l'avenir, conseillez-lui une cure de Mimulus pour qu'il trouve le courage de s'adresser à une jolie inconnue. Si vous avez du remède d’urgence dans votre sac, vous pourriez sauver la soirée!

 

 

Messieurs, sans rancune, toutes ces situations peuvent être transposées à la gente féminine.

 

Ecrit par Johanne Potums

Conseillère agréée en fleurs de Bach

www.aimotions.be

Nourrir le couple

 

Le couple a beaucoup changé. La société a changé. Auparavant, nous nous mariions pour les avantages sociaux et financiers. Un bon mariage était une alliance où les intérêts matériels et sociaux des mariés et des familles étaient préservés voire augmentés.

Aujourd’hui, le couple a évolué, le mariage (ou même les remariages, remises en couple) prend (prennent) des formes différentes, ont un autre sens, une autre destinée : le sentiment amoureux désire vivre et survivre au sein de la relation et la plupart du temps, les couples s’arrêtent si l’amour n’y réside plus.

 

A la table de notre amour, l’appétit est grand !

Lors de la lune de miel, les premiers moments de notre relation, une véritable tempête hormonale va dévaster le corps : dopamine, adrénaline, ocytocine… et le chef de file de cette excitation porte un nom : la phényléthylamine (PEA). C'est l'amphétamine naturelle de l'amour et du bonheur.

Tout ce déferlement hormonal, cet attrait de la nouveauté, les données psychanalytiques (lesquelles je ne vais pas détailler ici), tous ces éléments réunis ensemble, nous emmènent dans l’aventure du conjugal et cimente la rencontre.

Nous commençons notre duo par une certaine idéalisation : tous les défauts de l’autre sont gommés, anesthésiés.

Après quelques temps, le couple pourra vivre « la désidéalisation » : agacements, frustrations, déceptions peuvent apparaître et un partage de territoire pas facile à négocier. L’accoutumance aux hormones provoque une baisse de ceux ci (exactement comme toutes les drogues), nous sommes en perte d’appétit amoureux et souvent, nous adoptons en réaction, des attitudes qui diminuent leur production : lassitude, habitudes, éloignement. Un cercle vicieux, en somme…

 

 

Comment peut on alors entretenir cet appétit entre nous deux ?

 Nous pourrions considérer le couple comme un corps extérieur à chacun de nous et il faudra, pour sa survie, le traiter comme tel : le muscler, l’entretenir, y penser. Et bien le nourrir.

Pour rester amoureux, il est bon de garder une certaine dynamique de surprise, d’envie, de désir d’avoir faim de l’autre. De nouvelles études montrent que les personnes heureuses vivent plus longtemps en bonne santé et le couple heureux peut contribuer à cela, en nourrissant les attitudes qui développent les hormones du bonheur. Il paraît que faire l’amour plusieurs fois par semaine augmente l’espérance de vie … Nourrir le couple et le rendre heureux sera donc bénéfique à la santé !

Pour raviver les hormones plaisir, favoriser l’imagination et réveiller la créativité seront les attitudes développant la capacité d’ouvrir de nouvelles perspectives positives! L’ocytocine peut revenir à tout moment si l’on titille l’appétit de l’amour.

 

Quelques idées pratiques pour se retrouver :

Planifier des moments en amoureux :

Une soirée par semaine, par exemple. Le rendez –vous amoureux peut être très excitant. Chacun à son tour peut organiser la soirée. Le but est de se retrouver autour de ce que l’un de nous deux aime faire et de profiter pour entrer dans le monde de l’autre.

Il est important de ne pas oublier de se faire « chic «  pour séduire son partenaire. Soyons extrêmement prévenants tous les deux. Ces moments de soirée en tête à tête seront sous le signe de la détente, du plaisir et du rire… Nous devrions nous interdire de parler des sujets qui fâchent ce soir là !

Si le temps manque en semaine, alors, pourquoi pas organiser un week-end en amoureux. Un city trip main dans la main pour découvrir des paysages, des villes nouvelles ensemble. Le must : la pleine conscience à deux : respirer la nature, se masser, écouter une beau concert, selon les préférences, tout cela en se concentrant sur le moment présent, loin du tumulte de nos vies individuelles et familiales.

 

Si le temps nous manque pour ces moments de privilège, augmenter le plaisir dans le quotidien:

Pourquoi ne pas éteindre les écrans quelques soirs de temps en temps car trop d’écran (ordinateur, téléviseur) tue l’amour, c’est une évidence… Impossible de parler ou d’attirer l’attention de l’autre, si notre regard est hypnotisé !

Et si nous marchions un peu ensemble dans notre quartier, avant d’aller au lit?

Ou si nous nous inscrivions dans un cours du soir ensemble?

 

Les retrouvailles au lit sont souvent très riches, essayons de garder des horaires similaires quelques fois par semaine. Nous pourrons nous retrouver sur l’oreiller pour chuchoter des mots doux, créer l’intimité, se rapprocher les corps, se caresser. Le désir peut aussi naître de ces moments de sensualité provoqués par la proximité des peaux.

Repensons aussi au pouvoir des mots d’amour. Ne les oublions pas. Ce qui est inscrit reste et peut se relire, c’est important. Un simple  » je t’aime » ou  » bonne journée » pour le café de l’autre, un petit bonjour par SMS, un petit sexto, une lettre d’amour, un mail d’amour… Nous ne sommes jamais acquis(e), rappelons nous de temps en temps nos sentiments, la drague doit rester au rendez-vous : le désir, le plaisir d’être ensemble, cela s’entretient.

 

Allons donc heureux à sa rencontre, sourions lui, saupoudrons le plaisir dans nos retrouvailles journalières, une belle ambiance est nécessaire pour engager une soirée ensemble. Essayons de laisser nos soucis professionnels en dehors de notre nid, la plupart du temps.

 

L’intérêt et l’admiration pour ce que fait l’autre en dehors de nous a aussi un effet surprenant sur le désir. Entretenir des passions individuelles, un métier qui nous remplit, des amis en dehors du couple, des hobbys … fait aussi partie des nourritures de l’amour, car en les partageant, en les questionnant à deux, nous donnons du sens à nos retrouvailles et notre complicité.

 

C’est donc un équilibre particulier à trouver : prendre soin de soi, de son bonheur personnel et dans un autre temps, celui de sa relation-couple. L’un et l’autre peuvent se nourrir mutuellement, sans être dans l’indigestion, sans être dans l’engloutissement de l’autre.

 

A la table de notre amour, comme il est bon de déguster ces moments de plaisir avec toi. Bon appétit !

Sophie Mercier

 

Le bonheur dans le couple: alchimie ou processus?

Nous connaissons tous, dans notre entourage, un couple qui semble tellement bien s’accorder ; un couple dont les partenaires se comprennent d’un regard, dont la complicité se ressent et qui dégagent une sérénité à toute épreuve.

Certes, certains ont eu la chance de trouver l’ « âme sœur » dès leur première relation.  Il faut toutefois se rappeler que ceci ne concerne qu’une très infime partie de la population en couple à l’heure actuelle mais surtout que cela était déjà le cas dans les décennies passées.

Alors pourquoi ces couples heureux semblent-ils provoquer tant de questionnement, tant d’envieux ? Pourquoi les conseillers conjugaux sont-ils de plus en plus consultés par des partenaires qui se sentent épuisés au sein de leur couple, voire difficilement compris par leur moitié ?

1/ La différence

La première raison est connue du grand public, surtout depuis la sortie du livre de John Gray et du spectacle « Les hommes viennent de Mars et les femme de Vénus ». Ce livre devrait d’ailleurs être reconnu d’utilité publique car effectivement, l’une des grandes difficultés dans un couple est la compréhension du mode de fonctionnement de l’autre.

Cette compréhension des différences entre l’homme et la femme fait d’ailleurs partie des sept piliers sur laquelle une relation harmonieuse doit se baser.

Mais ces piliers ne suffisent pas.

 2/ Bien choisir

En effet, le choix du partenaire ne se fait pas au hasard.  Bien entendu, si vous interrogez 100 personnes sur les caractéristiques qui les attirent auprès du sexe opposé, les réponses seront différentes mais la plupart assez superficielles.

L’une parlera du physique, l’autre de l’intelligence, la troisième de l’humour, de la gentillesse, etc.

Au-delà de ces réponses communes, c’est en réalité notre carte intérieure qui nous fait choisir. Cette carte que nous programmons tous au fur et à mesure de notre avancée dans la vie, au fur et à mesure de nos expériences, tant amoureuses que sociales.

Cette carte est composée de notre personnalité, de notre maturité psychique mais également de notre style d’attachement et de notre vécu amoureux. Ce mélange complexe entraîne un choix inconscient du partenaire avec lequel nous bâtirons ou non sur le long terme.

Les deux partenaires doivent donc trouver en l’autre leur idéal, celui qui correspondra le mieux à cette carte intérieure qui s’est créée et ce, depuis la naissance, dès leur première relation, c’est à dire avec la maman.

Comment comprendre cette carte ? 

Inutile pour la plupart de consulter un spécialiste.  Prendre le temps, à chaque questionnement, à chaque échec ou après chaque épreuve, de réfléchir à ce qui nous a fait choisir cette personne mais également aux schémas répétitifs éventuels dans lesquels nous nous engageons.

  • Pourquoi toujours tel type de femme?
  • Qu’est ce qui me rassure chez ce style d’homme ? 
  • Qu’est ce qui m’excite dans telle relation ?

Des questions qui vous sembleront peut être aller de soi mais avez-vous déjà réellement pris le temps nécessaire pour y réfléchir sérieusement ?

Cindy Godefroid
Conseiller conjugal

La famille recomposée : une construction qui prend du temps et de l’attention particulière pour chacun

Ces dernières années, j’ai eu l’occasion de découvrir beaucoup de familles recomposées, au travers de nombreuses rencontres, lectures, en plus de l’écoute de leurs récits dans mon cabinet de consultation, et aussi dans ma vie en tant qu’ « enfant » depuis 30 ans et en tant que « parent » depuis 12 ans.

De toutes ces observations et expériences, j’ai pu en retirer quelques constantes, qui me semblent intéressantes et utiles à explorer pour se projeter et se préparer à vivre cette aventure hors du commun.

Le docteur Christophe Fauré explore de façon très précise cette situation dans son livre « le défi de la famille recomposée ». J’aime le titre de « défi », car c’est un parcours semé d’embûches mais lorsqu’il se construit depuis un certain temps et grâce aux satisfactions accumulées, il obtient ce titre de « défi réussi » dans le sens « dépassement de difficultés » et « construction de liens ». Dans cet article, il ne sera pas possible de débattre sur tous les aspects de cette famille particulière, je vous propose pour commencer ces quelques réflexions.

Plus que n’importe quelle famille « de premier mariage », cette nouvelle famille devrait envisager différentes attitudes et règles à mettre en place pour le bien être de tous et anticiper les découvertes et surprises. Forts de nos expériences du passé, nous pouvons nous y reposer en sachant ce que nous aimons et nous n’aimons pas vivre. Voilà déjà une première base à la discussion.

Chaque personne de cette famille extraordinaire va être confrontée à cette réflexion concernant le territoire et la place de chacun et développera créativité, force et bienveillance. Inutile de vous rappeler que l’exemple est initié par les adultes et qu’au plus vous ferez preuve d’ouverture, de flexibilité et de respect, au plus vos enfants auront la liberté et l’envie de vous suivre, sans pour autant leur laisser tout pouvoir !

Recomposée, sous entend, composée avec plusieurs morceaux qui viennent d’ailleurs, composé avec ce qui a été dispersé, détruit.  C’est le cas : les tiens, les miens, et nous deux… tous à des rythmes, des règles, des constructions et des attentes différentes. Un puzzle particulier. Comment garder notre couple amoureux dans toutes ces tempêtes et bousculades qui remplissent notre vie ? Comment mettre en place, ce qui semble alors impossible à faire cohabiter ? En fonction de chaque situation, d’expérience, les attentes et les résultats seront différents.

Le couple amoureux est souvent l’investigateur de ce mouvement de re- création familiale. Ce nouvel amour nous invite à nous installer ensemble (parce que souvent, nous ne voulons plus nous quitter) et comme nous sommes dans cette fameuse lune de miel, nous idéalisons forcément ce moment où nous allons réunir tous ceux que nous aimons dans la même vie.  Et ce sera fabuleux !

Cette idéalisation de notre nouveau futur, est aussi un peu influencée par notre passé, nous aimerions en guérir en réussissant ce que nous avons peut être considéré comme raté. A ce sujet, Jean Van Hemelrijck, propose dans son livre « la malséparation » une réflexion constructive sur cet état de « pas encore guéris de la précédente relation ».

Mais nous n’avons pas toujours le désir, ni la priorité de réfléchir à tout cela pendant cette période d’enchantement du début du couple. Et il arrive d’être déçus par ce que nous découvrons… Ce n’est pas impossible à vivre ! C’est bien notre idéal à remettre en question pour comprendre la réalité de notre situation et il est alors plus facile d’explorer les solutions.

Qu’en est-il des ex, qu’en est- il des enfants, qu’en est-il de mon envie et de mes sentiments envers ces personnes que je n’ai pas choisies dans ma vie et qui vont faire partie de celle-ci, inévitablement?  Comment faire de la place et comment prendre ma place ?

Toutes ces questions sont intéressantes à projeter,  pour ne pas paniquer ni penser que l’on vit un échec et s’éloigner de l’amour. Les réponses vous permettront d’anticiper en partie ces situations inconnues et surprenantes pour ensuite axer votre attention essentiellement sur les bonheurs au présent.

 

Au début, nos enfants n’ont peut être pas envie d’aimer notre amour, surtout si leur maman ou leur papa est encore en colère et triste de la séparation.  Ils n’ont peut être pas non plus envie de réussir une nouvelle histoire, si pour eux la précédente est celle qu’ils voulaient garder.  Ils n’aiment peut être pas être chamboulés chaque semaine, dans des règles différentes, dans des maisons différentes avec des attentes différentes. Il faut leur donner du temps pour comprendre et accepter… et de l’espace pour s’exprimer. Ne pas les culpabiliser de prendre ce temps, de ne pas être d’accord, ne pas les mettre dans nos propres attentes et respecter leur rythme d’adaptation avec beaucoup de positivisme, semble être une bonne réponse à la construction. Car c’est merveilleux d’avoir cette nouvelle opportunité de vie, de construire de nouvelles choses ensemble. C’est bien le message à entendre.

Rien n’est simple pourtant, et l’amour va être chahuté. Il y a donc lieu de créer et de recréer du lien, de faire des deuils, de conscientiser et d’exprimer tout cela.

Le lieu où cette famille recomposée va s’installer et comment elle l’envisage est très important. Un lieu où l’on démarre dans la neutralité serait plus facile, un nouveau lieu pour cette nouvelle vie… (Ce n’est pas un territoire où les fantômes de la précédente vie sont là), Ce serait aussi un lieu où chaque membre aura son intimité, son territoire personnel : une chambre tout seul, un étage parent, … Même si cela n’est pas réalisable dans un premier temps, savoir que c’est un objectif à atteindre peut apaiser les enfants et leur permettre de patienter si leur confort n’est pas optimal. « Je pense aussi à ton bien être, je ne l’oublie pas » est un message d’amour, de respect et d’espoir.

Vivre ensemble n’a plus la même signification que celle de la première famille, Il faudra en créer une nouvelle.

La famille recomposée n’a pas la même intimité que la famille du premier mariage. Les enfants et le couple ont souvent plus le besoin de s’isoler,  de se créer un monde de repli ou de sécurité, de recul.

Autoriser et comprendre ce repli ou ce besoin de solitude et d’isolement permettra plus de calme et moins de conflits. Au moment de l’adolescence des enfants, c’est encore plus opportun.

Le nouveau couple pourra aussi, dans cette organisation, vivre leur nouvelle et intense relation, leur sexualité, en toute intimité car ce n’est pas forcément ce que vos enfants ont connu dans vos précédentes unions, cela peut les heurter, les déranger.

En fonction de l’âge des enfants, la notion de territoire et d’intimité sera différente mais nécessite néanmoins une réflexion au sein du couple avec une possibilité d’évolution au fil du temps.

Le territoire de chacun est encore différent de la place de chacun dans ces relations familiales. Le statut, la place de beau-parent induit un rôle inconnu, que nous avons parfois tendance à assimiler à « parent », mais qui est tout autre.

Cette place n’est pas toujours facile à adopter et fait émerger de nombreuses émotions, pas toutes agréables. De ce côté « beau parent », on souligne les plus difficiles :des peines d ‘exclusion, de solitude, de stress, de culpabilité, de jalousie, de rejet, de colère… Un rôle qui demande acceptation et don, sans être forcément au début, quelqu’un d’aimé.

C’est pourquoi envisager des espaces, du temps et des territoires distincts entre le couple amoureux et la recomposition est nécessaire. Cette recomposition se construira dans le temps, au fur et à mesure du développement de cette histoire et de sa collection de bons moments.  Il n’y a pas de modèle, comme pour les familles traditionnelles, chaque histoire s’écrit, de jours en jours, avec beaucoup de bienveillance et de lâcher prise sur ce qui est hors de notre contrôle. Mieux vaut se focaliser sur les forces plutôt que sur les failles.

Le couple amoureux se nourrira le plus possible de moments à deux, pour rester debout et faire le plein d’amour pour résister aux tempêtes et aux négociations familiales. Les amoureux doivent faire « bloc » ensemble, être d’accord sur les règles de la maisonnée, le respect à instaurer les uns envers les autres, pour créer la stabilité que cherchent à construire les enfants. Les parents se trouvent parfois entre « le marteau et l’enclume » à vouloir défendre les intérêts de chacun… Les enfants ont perdu de la place, ils ont besoin d’en retrouver, pendant que le beau-parent (et parfois aussi les autres enfants)doivent créer la leur. Pas facile alors de se retrouver avec de nouvelles personnes,  partager non seulement l’espace mais aussi l’amour du parent qu’on aime. C’est pourquoi les moments avec leur parent tout seul, restent au début une attente très présente. Le beau –parent, dans ce cas, essayera de ne pas toujours faire partie de cette relation là. On compose cette vie avec différents moments : celui à deux (en amoureux), à autant (tous) ou à 3-4(chaque parent avec ses enfants du premier mariage pour recréer la cellule de départ).

Lorsque les enfants ont créé une nouvelle stabilité avec leur parent, ils ouvrent plus facilement leur cœur à une autre personne.  SI l’autre parent biologique (extérieur à tout cela) est en paix, c’est encore mieux… d’où le grand intérêt de nourrir un lien respectable entre les 4 ou parfois 6 personnes qui encadrent nos enfants .Les beaux parents peuvent être d’une grande aide dans la construction du lien de respect et d’accueil dans cette nouvelle dynamique familiale. Du côté des parents biologiques, Il existe des outils pour les aider à construire la responsabilité conjointe.  Je pense à la chartre de co-parentalité ou aux applications comme « 2houses.com », par exemple. Des outils qui induisent des attitudes de respect face aux enfants, ou des organisations possibles sans se rencontrer, lorsque la situation est trop conflictuelle pour les adultes.

Accueillir l’autre sans l’avoir choisi n’est pas facile. Construire un lien peut prendre du temps, en fonction des deuils et du bien être à acquérir.

Vous l’aurez compris, la réussite de cette famille passe par la construction du respect de chaque personne, de son espace, de son parcours, de sa vie et cela demande, comme dans chaque relation : intérêt, temps et consensus.

Je vous souhaite de ne jamais baisser les bras avant de réussir ces défis relationnels, qui nous emplissent de fierté et d’amour.

Sophie Mercier 

 

 

  • 1
  • 2